Archive pour le mot-clef ‘UMP’

Dernière ligne droite pour les régionales

mardi 9 mars 2010

Un vent national guère positif souffle sur ces derniers jours de campagne.
Le message de mon prédécesseur, Lionel Jospin, est très significatif puisqu’il demande « un vote sanction » !
En toute logique il faudrait,en effet, sanctionner… les présidents de régions ! En France on ne répond que rarement à la question posée. Pourtant les analyses et les critiques du scrutin de 2004 n’avaient pas manqué ! Une conclusion avait même été tirée : il faut dépasser l’alternative « nationalisation-régionalisation » de ce scrutin.

Lire le reste de cet article »

Lettre d’information Dialogue n°7 Octobre/Novembre 2009

mardi 13 octobre 2009

Retrouvez la version électronique de la lettre Dialogue n°7

Lettre Dialogue n°7 octobre/novembre 2009

La République du leadership

lundi 12 octobre 2009

selon Jean-Pierre Raffarin

Pour Jean-Pierre Raffarin, avec Nicolas Sarkozy, nous entrons dans « la République du leadership ». Cette transformation de notre gouvernance se traduit par une concentration des pouvoirs entre les mains du Président qui assume pleinement ses responsabilités et pilote le parti majoritaire (voire même l’opposition …). Cette stratégie nécessite une union de sa majorité élargie afin de faire le score le plus élevé possible au 1er tour des élections. Pour cela, son bilan et ses réformes permanentes doivent être soutenues et expliquées par la majorité présidentielle.

Cette forme de modernité, d’incarnation d’une politique par un homme, a été installée par Tony Blair et est pratiquée par Barack Obama.

Nous avons mesuré les progrès de l’Europe sous l’impulsion du leadership de la Présidence française, nous constatons aussi les fragilités du parti socialiste quand il ne réussit pas à dégager un leader. Une organisation sans leadership se disperse et se divise. La méthode de Nicolas Sarkozy a convaincu en France, en Europe et au G20 parce qu’elle apporte efficacité et lisibilité qui sont les piliers de la modernité. L’avenir de cette nouvelle gouvernance passe par de nouveaux équilibres institutionnels et notamment le renforcement des contre pouvoirs, au Parlement, dans la décentralisation, avec les corps intermédiaires et le dialogue social. Nous sommes en route vers un système présidentiel à la Française.

Améliorer la gouvernance mondiale

lundi 12 octobre 2009

Par Axel Poniatowski, Député du Val d’Oise, Président de la commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale

Axel Poniatowski

Il y a un an, la crise des subprimes et les conséquences économiques qui s’ensuivirent ont manifesté avec force la réalité de la mondialisation et de son irrésistible progression. L’expression « village monde » n’a jamais été aussi juste. Nous sommes définitivement dans l’ère de l’interdépendance étroite entre les pays, dans un nombre toujours plus vaste d’activités humaines. Ce phénomène irrésistible appelle une gouvernance mondiale efficace et cohérente reposant sur une architecture institutionnelle internationale qui doit être parachevée si l’on veut qu’elle réponde pleinement à sa vocation de régulateur de la mondialisation.  Lire le reste de cet article »

Interview de Marc Laffineur sur le réforme de la taxe professionnelle

lundi 12 octobre 2009

D&I : Pourquoi supprimer la taxe professionnelle ?

 ML : Le choix fait il y a un an par le Président de la République de supprimer la taxe professionnelle répondait à une urgence économique nationale.

 Dans un monde ouvert où l’industrie est en concurrence sévère et où une part essentielle de l’activité est immatérielle, cet impôt est rapidement devenu une source d’injustices, en grevant les investissements et par conséquent en poussant à la délocalisation. Il a principalement imposé de façon constante des industries de moins en moins productives de revenus, tandis que des secteurs émergents à forte valeur ajoutée demeuraient sous imposés.

En effet, force est de reconnaître que la taxe professionnelle repose sur une assiette complexe et obsolète, faisant peser sur les entreprises une charge de 25 milliards d’euros, dont près de la moitié sur le secteur de l’industrie et des services aux entreprises. Il était donc nécessaire de mettre fin à cet impôt imbécile, et d’inverser la tendance en soutenant nos entreprises plutôt qu’en grevant leur compétitivité.

 D&I : Sur quels grands principes  reposera la nouvelle imposition sur les entreprises ?

ML : La taxe professionnelle doit être remplacée par un impôt moderne et comparable au plan international. Cette nouvelle imposition, d’ores et déjà appelée cotisation économique territoriale, sera constituée de deux volets.

Tout d’abord, un volet foncier assis sur les valeurs locatives. Je propose que ces valeurs soient révisées, car leur mode d’évaluation a pénalisé l’industrie depuis 30 ans.

Ensuite, un impôt que je souhaite égal à 1,5 % de la valeur ajoutée des entreprises. Cette cotisation serait due par toutes les entreprises, mais son taux serait progressif pour celles de moins de 7,6 millions d’euros de chiffres d’affaires.

 D&I Quel impact cette cotisation aura-t-elle sur les entreprises ?

 ML : Ces règles permettraient d’alléger d’environ 7,5 milliards d’euros la charge de la taxe professionnelle en concentrant près de la moitié des gains sur l’industrie et ses sous-traitants et prestataires, soit environ 3,6 milliards d’euros.

En outre, à la différence de la taxe professionnelle, la cotisation économique territoriale serait désormais directement liée au niveau d’activité de l’entreprise et de la conjoncture. Une entreprise en difficulté bénéficierait ainsi d’un allègement mécanique de la charge de l’impôt.

 D&I : Quel impact pour les collectivités territoriales ?

 ML : En ce qui concerne les collectivités locales, la priorité est qu’elles ne perdent pas à la réforme, ce qui implique que chaque niveau bénéficie d’autant de ressources demain qu’aujourd’hui. La réforme de la taxe professionnelle commande ainsi une refonte ambitieuse de l’ensemble du système fiscal local, devant permettre une plus grande lisibilité de la fiscalité locale et une meilleure adéquation des recettes aux structures de dépenses propres à chaque échelon. Je préconise que le produit de la cotisation locale d’activité (part foncière) soit affecté aux communes et intercommunalités et le produit de la cotisation complémentaire (part sur la valeur ajoutée), partagé entre intercommunalités, départements et régions, sur la base d’un critère physique.

Retrouvez  la vidéo de Marc Laffineur sur la taxe professionnelle

Les valeurs de l’après-crise

lundi 12 octobre 2009

Par François Baroin, Député de l’Aube, Maire de Troyes

François Baroin

Les crises financière, économique et bientôt sociale ont-elles induit une crise des valeurs ? Franchement je ne le crois pas.

Lire le reste de cet article »

Le monde « écologique » de l’après-crise

lundi 12 octobre 2009

Par Bernard Deflesselles, Député des Bouches du Rhône, 2ème Vice-président du groupe UMP à l’Assemblée nationale

Bernard Deflesselles

De la crise économique inédite que nous traversons, doit naître un monde nouveau, un monde plus respectueux des hommes et de l’environnement, un monde qui se nourrira de la dynamique de l’innovation et des nouvelles technologiques vertes.

Lire le reste de cet article »

Les priorités et investissements d’avenir

lundi 12 octobre 2009
Par Valérie Pécresse, Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
Valérie Pécresse

Alors que l’économie mondiale traverse aujourd’hui une crise sans précédent, il est de la responsabilité des pouvoirs publics d’accompagner les entreprises et les ménages en ces temps difficiles, mais aussi de faire de cette période de remise en question une opportunité pour notre avenir, pour notre économie et pour nos emplois.

Lire le reste de cet article »

La république du leadership exige le renforcement des contre-pouvoirs

lundi 21 septembre 2009

Retrouvez l’interview de Jean-Pierre Raffarin au Monde

Rentrée difficile pour Nicolas Sarkozy, « la malédiction des deux ans », a-t-il commenté devant les parlementaires qu’il a reçus cette semaine à l’Elysée. Couac de l’exécutif sur la taxe carbone, colère des députés contre le ministre d’ouverture, Eric Besson, sur les tests ADN, fronde des sénateurs sur la taxe professionnelle… Le chef de l’Etat doit affronter les doutes de sa majorité. Face à l’hyper présidence, Jean-Pierre Raffarin, sénateur UMP de la Vienne et ancien premier ministre, appelle au renforcement des contre-pouvoirs.
Est-il normal que le chef de l’Etat et un ministre – comme ils l’ont fait à l’occasion des tests ADN – expliquent qu’une loi votée par le Parlement n’est pas applicable ?

Ce n’est pas un événement institutionnel majeur, c’est une déclaration maladroite d’un ministre. Il eût été plus habile de consulter les présidents d’Assemblée pour constater ce que tout le monde savait : ce texte était inapplicable.

Lire le reste de cet article »

Retrouvez le Campus des jeunes populaires de Seignosse en direct …

vendredi 4 septembre 2009

Retrouvez en photos et en vidéo en direct le Campus des jeunes populaires de Seignosse les 4, 5 et 6 septembre 2009

Lire le reste de cet article »