Les valeurs de l’après-crise

Par François Baroin, Député de l’Aube, Maire de Troyes

François Baroin

Les crises financière, économique et bientôt sociale ont-elles induit une crise des valeurs ? Franchement je ne le crois pas.

Tel le gros orage, la crise aura aussi le mérite de nettoyer les fausses valeurs comme les valeurs parasites. Elle nous permet de mieux apprécier la solidité des valeurs de notre idéal républicain.

 Liberté : nous redécouvrons  la finesse de cette valeur par sa contrepartie, je dirais même par son ultime protection,  la loi : pas de liberté sans règles partagées. Toutes les offensives répétées de tel ou tel groupe de vouloir l’ignorer, des faucheurs volontaires aux tenants de la burqa en passant par les ultralibéraux économiques,  montrent bien la modernité absolue de la valeur Liberté.

 Egalité : la crise a touché à sa façon chaque français sans distinction en commençant par ceux qui se croyaient intouchables. Notre République, laïque et indivisible, bâtie sur la prééminence du citoyen sur tout groupe ou association, véritable garantie de l’égalité des citoyens, a su repoussé la loi du nombre, les tentations communautaristes.

 Fraternité : c’est la solidarité républicaine où l’homme est le centre. La crise a révélé à beaucoup que cette valeur qui imprègne toute l’organisation de notre nation, permettait aux français et à notre Etat de bénéficier d’un réel « amortisseur ».

 Notre force, notre puissance, notre résistance à la crise, nous la devons à ces valeurs que nos anciens ont su porter à travers les âges. Nous avons un devoir historique de les faire vivre dans la nouvelle politique de civilisation que nous devons mettre en œuvre.

Mots-clefs : , , , , ,

Laisser une réponse