Le monde « écologique » de l’après-crise

Par Bernard Deflesselles, Député des Bouches du Rhône, 2ème Vice-président du groupe UMP à l’Assemblée nationale

Bernard Deflesselles

De la crise économique inédite que nous traversons, doit naître un monde nouveau, un monde plus respectueux des hommes et de l’environnement, un monde qui se nourrira de la dynamique de l’innovation et des nouvelles technologiques vertes.

Face aux défis de l’environnement, la France a déjà mis en œuvre le Grenelle de l’Environnement, conçu comme un vaste plan de préparation de notre pays à l’économie de l’après-pétrole, à l’efficacité énergétique, au développement des énergies renouvelables. Au-delà des 450 milliards d’activité économique générée, des 600 000 emplois créés en moyenne pendant 12 ans, les mesures du Grenelle permettront la réduction de 24,8 % des émissions de gaz à effet de serre par la France entre 2007 et 2020.

Toujours dans ce sens, en décembre prochain à Copenhague, après de longues négociations sur les suites à donner au Protocole de Kyoto, se jouera la conclusion d’un accord mondial sur le climat. Seuls un accord global et l’engagement volontariste de l’ensemble des nations dans la réduction des gaz à effet de serre permettront de contenir le réchauffement climatique à 2°C en 2050, « seuil acceptable » pour la communauté scientifique.

Ce sont autant d’engagements qui laissent espérer que le monde de demain ne sera pas comme celui d’hier.

Mots-clefs : , , , , ,

Laisser une réponse