Quel leadership, quel projet pour l’Europe ?

Par Pierre Lequiller, Député des Yvelines, Président de la Commission chargée des Affaires européennes de l’Assemblée nationale

Pierre Lequiller

L’Europe est à un moment charnière de son histoire pour trois raisons : les bouleversements économiques et climatiques qui s’accélèrent exigent des réponses communes et concertées de la part des Etats membres. La présidence française de l’Union européenne a vu émerger de nouvelles formes de gouvernance, qui doivent transformer notre pratique du leadership en Europe. Enfin, des élections européennes importantes se profilent : elles sont notre unique respiration démocratique commune, qui invite tous les citoyens à décider de l’inclinaison que leur Europe prendra pendant les cinq prochaines années.

La présidence française de l’Union européenne a démontré que notre continent ne peut faire l’économie d’un leadership fort, reconnu, porteur d’une volonté politique claire. La crise entre la Géorgie et la Russie, et bien sûr l’action énergique de Nicolas Sarkozy pour lutter contre la crise financière et économique mondiale, ont rappelé l’urgence de nous doter d’institutions politiques plus efficaces, plus représentatives de notre force – et de notre diversité.

Les Européens attendent des projets, une ligne politique claire. C’est la vision que Dialogue et Initiative défend.

Dans la crise actuelle, notre première priorité est clairement la préservation de nos emplois et de notre modèle d’économie sociale de marché. La présidence française a ouvert la voie, en convoquant des sommets extraordinaires des chefs d’Etat et de gouvernement, en élaborant des plans de soutien et de relance concertés. Il faut poursuivre cet élan dans les mois à venir, et nous réserver la possibilité de convoquer ces réunions au plus haut niveau en cas de crise, pour agir ensemble.

L’Union européenne devra prendre toute sa place, et parler d’une seule voix, dans les futures réunions internationales, pour refonder et moraliser le capitalisme financier sur des bases plus équitables et plus transparentes.

Mais notre défi majeur reste la lutte contre le changement climatique, inséparable de l’augmentation de notre indépendance énergétique. Le paquet de directives « énergie/climat », adopté grâce à la persévérance de Nicolas Sarkozy, a placé l’Europe en position de leader mondial de la préservation de notre planète. Nous devons absolument poursuivre nos efforts, en nous saisissant de la crise actuelle pour tout miser sur les énergies renouvelables et les nouvelles technologies propres, créatrices d’emplois pour l’Europe. Réduire notre dépendance énergétique en reposant la question du nucléaire, et en refondant nos relations avec nos voisins et la Russie, doit aussi être une priorité pour sécuriser l’approvisionnement en énergie des Européens.

Protéger nos citoyens, c’est aussi bâtir une Europe plus sure pour tous. Le pacte sur l’immigration et l’asile de Brice Hortefeux était un premier pas. Poursuivons nos efforts communs pour lutter contre l’immigration illégale, les trafics et la criminalité internationale, qui ne connaissent pas de frontières, en renforçant les moyens opérationnels des agences européennes (Europol, Eurojust, FRONTEX).

Enfin, cette nouvelle législature doit être celle de l’Europe qui s’affirme, à l’égale des autres puissances mondiales. La réintégration de la France dans le commandement intégré de l’OTAN doit être la condition d’une véritable Europe de la défense. Le futur président stable du Conseil européen, avec le Haut représentant pour les Affaires étrangères, auront la mission d’incarner pleinement ce leadership européen, qui s’est exprimé par la voix de Nicolas Sarkozy pendant six mois. Alors que s’établit une nouvelle administration américaine, l’Europe ne doit pas laisser passer sa chance de s’affirmer pleinement dans le concert international, en développant aussi d’étroites relations de partenariat avec les puissances émergentes comme la Chine.

Face aux divisions de la gauche, incapable d’avancer une vision cohérente de l’Europe, nous proposons aux Français un choix clair : celui d’une Europe qui protège ses citoyens, d’une Europe unie pour défendre tous ses intérêts, d’une Europe forte sur la scène internationale. Ce choix, c’est celui de l’UMP, seule formation politique de notre pays à s’engager pour une majorité claire et efficace au Parlement européen.

Laisser une réponse