Interview de Christophe Béchu

Christophe Béchu est Président du Conseil général du Maine-et-Loire et Tête de liste UMP dans l’Ouest aux élections européennes

Christophe Béchu

D&I : Quels enjeux pour ces élections européennes du 7 juin ?

Deux grands enjeux à vrai dire.

D’abord, une occasion de pédagogie après le référendum de 2005. Ensuite, un moment politique et électoral très important.

Pédagogie d’abord en soulignant notre besoin d’Europe, de plus d’Europe, de mieux d’Europe.

La crise économique mondiale illustre parfaitement à quel point les réponses politiques ne peuvent pas seulement rester hexagonales. C’est au moins à l’échelle continentale que des grands axes ou de grandes réponses doivent s’élaborer. La refonte du capitalisme nécessite une Europe unie pour proposer ses solutions et ne pas se les voir imposer par d’autres.

Moment politique et électoral important aussi pour conforter une majorité de la droite et du centre au Parlement Européen. Le PPE est aujourd’hui la principale force politique à Strasbourg. Il est important que notre famille contribue en juin à envoyer le plus d’eurodéputés possible pour rejoindre ses rangs.

La place croissante du Parlement Européen dans notre vie de tous les jours à travers les décisions prises à l’échelle de l’Union nécessite la mobilisation de notre électorat. D’autant plus que l’abstention est souvent très forte lors de ce scrutin et que dans le débat électoral, le climat actuel conduit la gauche et les extrêmes à rivaliser de surenchère qui vise plus la seule contestation du Gouvernement qu’un vrai débat sur la Question européenne.

D&I : Quelle Europe pour demain ?

Avec la montée en puissance de la Chine, de l’Inde, du Brésil, la France a besoin de l’Europe pour faire porter sa voix et ses valeurs. Comme l’Europe a besoin de la France. La Présidence française de l’Union Européenne, unanimement saluée, a montré qu’avec le volontarisme politique et en parlant d’une même voix, l’Europe était capable de peser. C’est ainsi qu’on a pu éviter l’embrasement de la Géorgie ou repousser la tentation du chacun pour soi devant les difficultés économiques.

L’évolution de nos institutions nous permettra de disposer de mécanismes et d' »outils » pour que l’Europe soit à la fois plus réactive, plus forte et plus visible grâce notamment à une présidence stable et pas seulement semestrielle.

Si nous voulons une Europe qui protège,

Si nous voulons une Europe qui agit,

Si nous voulons une Europe qui prend des initiatives,

Nous devons porter haut nos valeurs et notre identité au cours de ces élections européennes.

Laisser une réponse